méditation,

MÉDITATION : OBSERVATION & BIEN-ÊTRE

UNE PRATIQUE POUR LE DÉVELOPPEMENT

L’INTÉRÊT DE LA MÉDITATION POUR VOUS

L’objectif de cette pratique est d’atténuer, dans la mesure du possible, les causes de la souffrance en apprenant à s’extraire et à se détacher des idées préconçues.

Autrement dit cette pratique se préoccupe moins de nous apporter le bien-être et la paix que de nous aider à les reconnaître. Avec le temps, elle permet d’être en mesure de le provoquer, ou plutôt, de nous affranchir des comportements intérieurs qui en éloignent.

Meditation

POURQUOI MÉDITER?

La méditation est principalement connue comme étant une pratique associée au développement spirituel et religieux. Cependant elle se démocratise de plus en plus car au-delà de la conception traditionnelle que l’on s’en fait, elle permet d’apprendre à se connaître mais aussi d’appréhender la vie de façon sereine et paisible. Elle se pratique maintenant de manière laïc.

C’est un exercice qui a pour but d’approfondir sa réflexion, sa compréhension, sa concentration et sa capacité à résoudre et à répondre aux problématiques que nous rencontrons tous au fil du temps, que ces dernières soient émotionnelles, affectives, psychologiques, ou même philosophiques et spirituelles.

C’est pourquoi, c’est un outil puissant qui nous permet d’aborder de façon positive les épreuves que la vie dresse sur notre chemin, et d’en tirer les enseignements nécessaires au dépassement de ces dernières.

Les finalités de la méditation :

  • Se mettre en relation avec notre esprit
  • Faire à son rythme
  • Se familiariser avec son esprit

COMMENT ÇA MARCHE LA MÉDITATION?

On peut distinguer deux approches principales.

L’une visant à acquérir le “calme mental” qui nous permet d’affiner notre sérénité et notre paix intérieure. Ce qui contribue par la suite à faciliter notre discernement et notre capacité à observer sans jugement et objectivement ce qui se passe en nous et en dehors.

L’autre, “la vision supérieure” est un moyen d’approfondir et d’agrandir notre conscience. En parvenant à reconnaître précisément nos émotions et la façon dont elles interagissent avec nous-mêmes. Ainsi il devient possible de voir de quelle manière elles interviennent, pourquoi, comment, et quelles en sont les conséquences.

Dans le cadre de mon accompagnement, je vous propose donc de vous guider dans ces pratiques afin de vous permettre d’évoluer en conscience, en douceur, et en toute liberté sur le chemin qui est le vôtre.

FONCTIONNEMENT D'UNE SÉANCE DE MÉDITATION

La détente du corps et de l’esprit en premier lieu :

Les participants sont invités à s’installer confortablement sur leur coussin de méditation. L’installation ne doit pas être une contrainte, il n’y a pas de lotus absolu!
Et nous ne devons pas nous bloquer en tension musculaire et à l’inverse pas de total relâchement. Ce n’est pas un moment de sommeil. Pour ceux qui le souhaitent, il est possible de s’asseoir sur une chaise. Par contre l’exigence est d’avoir le dos droit et les autres muscles relâchés afin d’accéder à la conscience. Les mains peuvent être sur les genoux ou par tradition la main droite dans la main gauche. Nous pouvons fermer les yeux pour mieux nous relier corps et esprits, c’est plus facile lors des premières séances!
Bien sûr pour mieux nous stabiliser, nous pouvons bouger pour trouver notre meilleure posture. Puis pour relâcher le corps et l’esprit, nous prenons une grande respiration et nous soufflons lentement. Nous pouvons répéter cette action deux ou trois fois.

La raison de notre présence à cette méditation : le recentrage!

Nous prenons un moment pour nous remémorer pourquoi nous sommes présents.
Puis nous nous rendons disponibles au présent et à ce qui se présente (bruits, température, lumière, odeurs, ressentis, douleurs…). Nous nous sentons présents aux phénomènes qui nous entourent. Nous pouvons porter notre attention à cette présence, avoir conscience de notre respiration, laisser les choses être…
Et si nous sommes perdus, si notre conscience de l’instant présent s’est échappées dans des pensées, c’est normal, nous pouvons reprendre une respiration.

L’apprentissage de la méditation : la voie de la pratique.

Nous choisissons un thème dans la progression de la pratique de la méditation.

Exemples de thèmes de méditation :

  • Méditer avec la conscience
  • Méditer avec le corps
  • Méditer avec les sens
  • Méditer avec les pensées
  • Méditer avec les émotions

Nous explorerons donc les différentes facettes de chaque thème avec la méditation.

Pleine Conscience

PLEINE CONSCIENCE OU MÉDITATION DE L'ATTENTION

UN ENTRAINEMENT DE L’ESPRIT

HISTOIRE DE LA PLEINE CONSCIENCE

Depuis les années 70, les pratiques méditatives et contemplatives intéressent la communauté scientifique occidentale en tant que possibilités de traitement.

Parmi elles, la Pleine Conscience (Mindfulness) qui trouve son origine dans les traditions philosophiques, religieuses et culturelles orientales, plus particulièrement dans le bouddhisme, et qui est avant tout une pratique, une forme d’entrainement de l’esprit plutôt qu’une mystique.

PLEINE CONSCIENCE : DÉFINITION & PRINCIPE

La Pleine Conscience, c’est le fait de «porter son attention d’une manière particulière, délibérément, au moment présent et sans jugement de valeur» (Kabat-Zinn, 1994) ou de «centrer toute son attention sur l’expérience présente, moment après moment» (Marlatt et Kristeller, 1999).

L’essentiel du travail consiste à se laisser entraîner par le bavardage de l’esprit (pensées, images, sensations…), à l’observer sans s’y identifier, plutôt que de chercher à l’éviter, à l’éloigner, à faire le vide dans sa tête.

L’attention est portée sur le ressenti non verbal, corporel et sensoriel. On tend à observer la nature des émotions, leur impact sur le corps et les comportements qu’elles déclenchent.

Conscience

LES BIENFAITS DE LA PLEINE CONSCIENCE

Aujourd’hui, les bienfaits de la méditation de Pleine Conscience sont vérifiés par plusieurs études dans différents troubles médicaux ou psychiatriques. Plus particulièrement, sur le stress et les symptômes qui lui sont liés, les douleurs chroniques, la dermatologie, les troubles respiratoires…

Cette action s’explique à deux niveaux par : le mécanisme de la régulation cognitive (moins de pensées négatives, de rumination) et par celui de la régulation émotionnelle (capacités plus importantes d’acceptation, de recul envers les émotions douloureuses). La relation aux problèmes qui peuvent empoisonner notre vie est modifiée.

Conscience

Christophe André (2010) évoque une “écologie de l’esprit” postulant que beaucoup de difficultés psychiques proviennent de stratégies inadaptées, fondées notamment sur le désir d’éradiquer la douleur par le refus ou l’évitement.

La Pleine Conscience présente un réel intérêt en tant qu’outil complémentaire aux différentes prises en charge médicamenteuses ou psycho-thérapeutiques.

DÉROULEMENT DES SÉANCES DE PLEINE CONSCIENCE

Comme pour la méditation, nous pouvons pratiquer la pleine conscience en nous asseyant et en nous concentrant par exemple sur les sensations, les émotions ou les pensées qui se présentent à notre esprit. Un élément important est de ne pas les juger ou les commenter mais de les accepter et de rester spectateur. Nous pouvons porter toute notre attention sur les informations qui nous parviennent au travers de nos sens. Un support pour la séance de méditation (le souffle, des pensées, un son, le goût de la nourriture,…) permet de développer sa pratique.

Autre pratique, la méditation marchée permet à l’attention de se concentrer sur le mouvement du corps. Chaque pas se réalise alors en pleine conscience.

Les premières séances durent 20 minutes puis avec la pratique passer à 30 minutes.